Depuis 1997, Espace 9 est un acteur majeur de l'insonorisation autour des aéroports

Accueil > Domaines d’activité > Insonorisation autour des aéroports

La société Espace 9 est le 1er spécialiste en France de l’insonorisation des bâtiments vis à vis du trafic aérien.

1. Espace 9 prescripteur de travaux (diagnostic, AMO, maîtrise d’œuvre)

Depuis 1997 nous accompagnons les propriétaires, de logements individuels ou collectifs, d’établissements d’enseignement et de locaux à caractère sanitaire ou social, bénéficiant d’une aide à l’insonorisation en provenance de la Taxe sur les Nuisances Sonores Aériennes (TNSA). Espace 9 prescrit les solutions de protection acoustique, rédige les cahiers des charges, consulte les entreprises, analyse les offres, suit les chantiers et assiste le maître d’ouvrage lors de la réception du chantier. Compte tenu de notre longue expérience nous avons développé une véritable expertise en matière d’insonorisation mais également dans les domaines associés que sont la ventilation et la thermique. Ceux-ci sont intrinsèquement liés à celui de l’isolation acoustique.

2. Espace 9 instructeur administratif et technique des demandes d’aide à l’insonorisation

Depuis 2007 la société Espace 9 a développé une compétence dans la gestion administrative des dossiers d’insonorisation pour le compte des aéroports. Nous administrons les dossiers des ayants droits aux aides financières à l’insonorisation ainsi que tous les actes administratifs, de la demande à la réalisation des travaux, pour 3 aéroports (Marseille Provence, Nantes Atlantique et Paris Beauvais).

Quelques chiffres

La société Espace 9 a accompagné l’insonorisation de

+ 27 000 logements répartis en :

plus de 13 000 logements individuels (dont 800 en opérations groupées)

plus de 14 000 logements collectifs (+ de 100 résidences de bailleurs et + de 55 copropriétés)

40 groupes scolaires

15 établissements à caractère sanitaire et social

dont 2 hôpitaux

La société Espace 9 a

administré + de 8 000 dossiers

pour le compte de trois aéroports

accompagné + de 250 millions de travaux

Quels types de travaux sont préconisés pour l’insonorisation ?

Les travaux majoritairement prescrits concernent les menuiseries, l’isolation des toitures et le système de ventilation du logement. Il est rare que les murs nécessitent des travaux.

Menuiseries

Isolation des toitures

Ventilation

Pourquoi intervenir sur la ventilation lors de l’isolation acoustique de l’enveloppe d’un logement ?

 

Insonoriser un logement vis-à-vis du bruit en provenance de l’extérieur c’est aussi rendre compatible les besoins de ventilation et d’isolation acoustique.

Les fonctions de la ventilation d’un logement sont :

  • Évacuer les polluants présents dans l’air (*), issus en grande partie des produits de construction ou de l’activité humaine.
  • Assurer le fonctionnement correct des appareils à combustion (**) grâce à un apport d’air frais suffisant afin de ne pas produire de monoxyde de carbone.
  • Évacuer la vapeur d’eau afin d’éviter les condensations entraînant des moisissures, des écaillements de peintures, des décollements de tapisserie…
  • Supprimer les odeurs indésirables.
(*) Composés Organiques Volatils (colles, vernis, peintures, produits ménagers…, tabagisme…)
(**) Plaque de cuisson, chaudière, chauffe-eau, cheminée, insert…

1. Assurer la sécurité des personnes occupant le logement

Le bureau d’études prescripteur doit maîtriser les réglementations en matière de conformité de la ventilation vis-à-vis des appareils à combustion se trouvant dans le logement (chaudière, chauffe-eau, cuisinière, cheminée, poêle…).Les débits d’air après travaux doivent permettre le parfait fonctionnement des équipements à combustion. Les intoxications au monoxyde de carbone se produisent lorsque la ventilation est déficiente.

2. Assurer la qualité de l’air dans le logement

La plupart des logements construits avant 1982 disposent d’un système de ventilation dite « naturelle ». L’apport d’air frais se fait par ouverture des fenêtres, par le manque d’étanchéité des menuiseries ou par des orifices en façade (positionnés dans les cuisines, sanitaires ?, salle d’eau…). Ce principe de ventilation est peu efficace et demande une intervention humaine. L’extraction de l’air se fait par tirage thermique grâce à des conduits verticaux débouchant en toiture. Cette extraction dite naturelle fonctionne relativement mal en intersaison voire pas du tout en saison chaude.

Dans le cadre de l’insonorisation de l’enveloppe du bâtiment les menuiseries deviennent étanches et la ventilation doit être assurée même fenêtres fermées. Malgré les entrées d’air installées sur les nouvelles menuiseries et à cause de la difficulté d’extraction de l’air vicié dans le cadre d’une ventilation naturelle, le renouvellement d’air du logement aura du mal à se réaliser. C’est pour cela qu’il est fortement conseillé d’installer une assistance mécanique à l’extraction, comme par exemple une VMC, qui forcera le renouvellement d’air du logement.

3. Préserver le bâtiment des conséquences liées à la pose d’un double vitrage aux performances thermiques élevées

Outre l’aspect sanitaire lié au renouvellement d’air, une défaillance de celui-ci peut entraîner des dégradations du bâtiment. L’activité humaine (respiration, ménage, hygiène…) induit une production de vapeur d’eau qui doit être évacuée afin d’éviter les phénomènes de condensation qui, au droit des ponts thermiques du logement, entraînent des moisissures, des écaillements de peintures, des décollements de tapisserie…

Les risques de condensation peuvent être accrus compte tenu de la pose de menuiseries acoustiques équipées de double vitrage aux performances thermiques élevées. Dans la plupart des projets d’insonorisation, les menuiseries existantes sont équipées de simple vitrage ou de double vitrage de première génération. Ces vitrages agissent comme des déshumidificateurs d’air. Dans ces configurations il est fréquent d’observer l’apparition d’humidité sur ce type de vitrage lorsque la pièce est occupée par plusieurs personnes, lors d’activité ménagère ou de la prise d’une douche par exemple. Cet effet déshumidificateur est fortement réduit lorsqu’on équipe le logement de menuiseries avec des performances thermiques élevées. La vapeur d’eau présente dans l’air ne se condensera plus sur la nouvelle vitre coté intérieur (désormais plus chaude que le simple vitrage initial) mais sur une autre partie plus froide du logement, comme par exemple les coins des pièces (à la jonction des planchers des murs de refend et des murs de façades). La condensation sur le simple vitrage, outre son effet déshumidificateur, représentait un signal incitant l’occupant à ouvrir les fenêtres. Ne voyant plus ce phénomène, celui-ci aura tendance à moins ventiler naturellement et de manière insidieuse il peut apparaître des phénomènes de condensation dégradant progressivement le logement. A l’instar des raisons développées dans le chapitre sur la qualité de l’air, il est très fortement recommandé d’installer un système de ventilation assisté mécaniquement, comme un VMC, afin d’évacuer la vapeur d’eau contenue dans l’air.

4. La ventilation comme solution acoustique pour l’insonorisation de l’enveloppe : la VMC versus à la ventilation naturelle

Les logements construits avant 1969 étaient ventilés sur le principe dit « pièce par pièce »., entre 1969 et 1982 apparaît le principe de la ventilation générale et permanente par balayage et, à partir de 1982, la VMC se généralise. Les systèmes de ventilation mis en place avant 1982 étaient principalement naturels sans assistance mécanique. La mise en place d’un système de ventilation mécanique dans les logements pourvus d’une ventilation naturelle permet d’atteindre plus facilement les isolements acoustiques de façade requis. Un logement ventilé pièce par pièce présente généralement une ou plusieurs amenées d’air en façade (pouvant aller de 50 à 100 cm² de section libre) situées dans les pièces de service (cuisine, salle de bain, WC….) et des sorties d’air débouchant en toiture dans les mêmes pièces. Tous ces orifices sont des passages de bruit importants et difficiles à résorber. La mise en place d’un système mécanique de type VMC permet, en passant à une ventilation de type générale et permanente, de condamner les orifices en façade ainsi que les conduits débouchant en toiture et par conséquent de traiter le problème de passage du bruit. De la même façon, dans les logements construits entre 1969 et 1982 et dont la ventilation est générale et permanente mais naturelle, la pose d’un système mécanique représente aussi une solution facilitant l’isolation acoustique car les débits des entrées d’air peut être divisé par 2 (donc des performances acoustiques plus élevées) et les conduits verticaux condamnés.

En conclusion, s’occuper de la ventilation c’est : préserver la santé, la sécurité des occupants, le bâtiment et améliorer l’isolation acoustique

Nos missions

Gestion administrative et technique de l’aide à l’insonorisation

Diagnostics acoustiques et thermiques

Maitrise d’œuvre et Assistance à Maitrise d’Ouvrage (AMO)

Formation

Choisissez l’aéroport qui vous concerne

Mesures acoustiques dans l’environnement

Campagnes de comptages routiers

Modélisation et simulation acoustique dans l’environnement en 3D

Cartographie

Identification de Points Noirs du Bruit (PNB)

Dimensionnement de protection acoustiques

(écran, enrobées, isolation de façades)

Rédaction de cahiers des charges et de notice acoustique

(écrans, isolation des façades, enrobées)

Classements des infrastructures sonores

Plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE)

Observatoire du bruit